En remontant le fleuve - Page 3

  • Agit-prop

    Je ne suis sûrement pas le seul à le penser : chaque fois que j’écoute la radio ou la télé, j’assiste à une séance d’agit-prop digne des années 30. Les thèmes principaux sont : le féminisme, le réchauffement climatique et le soi-disant multi-culturalisme.

    D’une manière incessante, les femmes revendiquent non l’égalité, mais la direction des affaires. Ce matin, la direction des musées. Bien que la plupart des musées sont dirigés par des femmes, la nouvelle venue se présente en pionnière de la situation et revendique des quotas. Bonne idée, madame, cela donnera peut-être quelques chances aux éléments masculins de la branche…

    Une fois, ce serait presque amusant, mais c’est tous les jours le même refrain. Elles veulent le pouvoir, tout le pouvoir. Dans dix ans, les hommes (blancs) seront relégués à la case manoillons de dernière classe. Si on laisse faire…

    Il faut espérer que les jeunes hommes réagissent et ouvrent les yeux, voire s’organisent entre eux pour lutter contre le sexisme féminin. Rendez-vous compte : une correspondante sur cette plateforme TdG prétendait que le féminisme n’est pas sexiste, alors que c’est son essence même…

    Sur le réchauffement climatique, pas de surprise : le GIEC fait feu de tout bois, histoire de refroidir l’ambiance… Pour le moment, j’arrive à 70 ans et je n’ai jamais connu de mois de juillet aussi froid. Alors parlons de dérèglement climatique, ce sera déjà un pas dans la bonne direction. Le GIEC a compulsé 14'000 études et en a tiré un rapport. Et si elles étaient toutes biaisées par l’apriori idéologique qui sévit depuis trente ans ? Seuls les poissons vivants remontent le fleuve, les poissons morts coulent avec…

    Chaque personne interviewée, questionnée, mise en valeur sur les ondes suisses se doit de venir d’ailleurs. Seule est intéressante une personne d’origine lointaine, de sexe féminin et si elle est homosexuelle, alors c’est le Graal…

    Je reconnais que nos médias se doivent d’être ouverts au monde. Mais être fermés à ce point sur notre nature de Suisses est pour le moins inquiétant. Surtout que c’est nous qu’on paie pour la redevance. Quand je pense que l’initiative No-Billag a été refusée…

  • Humanisme (II) et incendies de forêts

    L’humanisme est un pari sur l’Homme (Mensch…). La plupart des incendies de forêt sont causés par l’Homme. Et s’il fait très chaud et très sec, c’est d’autant plus facile de faire partir un incendie. J’ai fait une fois (et je ne le referai plus jamais…) un voyage en Corse. Les Corses sont paraît-il très sympathiques (ce n’est pas du tout l’impression* que j’en ai eu…) mais leur passe-temps favori est de mettre le feu à leur maquis. C’était il y a un peu moins de trente ans, il y avait des pompiers partout qui attendaient que quelque local mette le feu au bush. Quand on partait en randonnée, on ne savait jamais d’où le feu allait arriver. Vous me direz, cela met de l’ambiance. Certes, certes, mais ce n’était pas du goût de ma compagne d’alors…

    L’humanisme est un pari sur l’Homme (Mensch…). On a une pandémie, on a des pharmas qui ont changé leur programme ARN messager anti-cancer en ARN messager anti- Sars-Cov2 avec un succès fantastique. Des centaines de millions de personnes se sont fait vacciner et il s’avère qu’ils sont bien protégés, y compris contre le variant delta. Comment être indulgent envers les anti-vax et surtout, envers les membres du corps médical qui manifestent contre l’obligation de se vacciner ? Vous qui vous prétendez « humaniste », comment faites-vous ?

    L’humanité a progressé démographiquement parlant de façon fulgurante. La surpopulation induit inévitablement des comportements agressifs, quelles que soient les populations considérées (y compris bien sûr dans tout le monde animal…). Il y a pléthore de comportements déviants, en réaction avec l’inconfort produit par le surnombre.

    Les incendies de forêt font partie de ce genre de comportements. Et n’ont pas grand-chose à voir avec le réchauffement climatique, si ce n’est que la chaleur extrême favorise le phénomène…

    Le problème, c’est la surpopulation. Comment ose-t-on se dire humaniste devant une vraie calamité, le pullulement de l’espèce humaine ?

    * En descendant en voiture de la Restonica, on se retrouve au bas d’une pente face à une Mercedes à plaque corse. On était six ou sept voitures de touristes. On comprend que la Mercedes ne va pas reculer d’un centimètre. Les voitures devant moi se risquent à passer sur les pierres à droite de la route. Quand arrive mon tour, je vois une grosse pierre, qui risque de me coûter le carter de ma Passat. Je descends de ma bagnole et me dirige vers la Mercedes. Un chauffeur à l’avant, deux bonzes à l’arrière. Tous impassibles, tous en costar-cravate, qui ne font même pas mine de répondre à ma demande de reculer ne serait-ce que d’un mètre. J’ai bien compris, j’ai pris le risque de crever mon carter et je ne remettrai plus jamais les pieds sur cette île de c.nnards.

  • L’humanisme

    S’attaquer à ce sujet alors qu’on n’est rien qu’un petit géologue à la retraite…

    Mais faut-il se taire pour autant ? L’humanisme est né bien avant la mondialisation, c’est le premier point. Il se justifie pleinement après des siècles de guerres et d’horreurs qui en découlent entre populations relativement proches. Combien de Français sont -ils conscients que c’est de chez eux qu’est né la notion de génocide, perpétré par le général Meylac aux ordres de Louis XIV sur les populations du sud de l’Allemagne ?

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Ravage_du_Palatinat

    L’humanisme est la valeur universelle, celle qu’on ne peut mettre en question. Mais elle est foncièrement et complétement européenne. Il n’y a pas d’humanisme africain ou chinois, qu’on le veuille ou non. Ou alors qu’on vienne me le démontrer…

    C’est au nom de l’humanisme que 999 chansons populaires françaises sur 1000 sont de gauche, et encore ne suis-je pas sûr de l’existence de la millième qui serait de droite. Tous les artistes ou soi-disant tels se doivent d’écrire et de chanter des textes à la gloire de l’amour universel. Tous les artistes européens ou de leur obédience (américaine, par exemple). Quand Joan Baez chante, tout le monde se sent très, très humain…

    C’est peut-être dur à avaler, mais on sent bien que cela ne colle plus à la réalité de notre monde. Nous Européens ne le dirigeons (heureusement) plus. Notre idéologie humaniste, issue en droite ligne du christianisme, n’a plus valeur universelle.  Les Chinois, les Africains et autres habitants de cette planète ne se reconnaissent pas dans cette idéologie et ils le prouvent chaque jour.

    Sans devenir des monstres inhumains, nous devons apprendre à mieux gérer les autres. Cesser de tomber dans les travers insensés de ceux qui favorisent par exemple le travail des bandits du trafic ce chair humaine vers l’Europe. Nous ne devons plus nous sentir responsables de la misère des autres peuples lorsque l’impérialisme occidental n’est pas la cause première. Nous rappeler du primat des causes internes. S’ils le voulaient bien, les Africains pourraient se développer comme l’ont fait les Asiatiques. Les Afghans ne sont pas condamnés au joug des affreux talibans, s’ils voulaient bien de donner la peine de lutter contre eux. Au lieu de quoi, il faut s’attendre à une vague de jeunes Afghans en Europe, tous pétris d’un machisme virulent qui leur fait considérer toute femme européenne comme une pute devant satisfaire leurs besoins sexuels.

    Au nom de l’humanisme…