• Merci mille fois, M. Zemmour !

    De retour de France, et donc de consommation de débat français, j’en ressors avec une totale admiration pour le phénomène Zemmour. Il y a longtemps que l’on sentait chez les Français une volonté de ne plus subir ce discours de l’auto-flagellation initié par les socialistes. Ce ras-le-bol des racailles des banlieues qui imposent leur loi dans le 9-3 comme dans les quartiers nord de Marseille autrefois, mais aujourd’hui dans la plupart des villes et petites villes de France. Et chez nous, pas seulement à Genève ou à Lausanne, mais à Yverdon, Aigle et dans toutes les petites villes…

    Seulement voilà : il y avait le FN, le parti du Vieux Con, extrait de sa boutique de vente de disques de chansons nazies pour devenir la marionnette des cadors fachos de Jeune Europe &Co. Raté. Voilà que le Vieux Con reprend de la verve, devient le leader de ce Front des fachos. Et pour bien le prouver, commet toutes les erreurs possibles et imaginables. Donner des coups à une députée socialiste sous les caméras de la téloche, Durafour crématoire et j’en passe. Même avec cela, il éjecte Jospin du 2ème tour. C’est vous dire s’il y avait une place à prendre…

    Fifille fait de son mieux pour reprendre la barre. Mais elle n’est pas au niveau pour diriger le bateau. Elle se fait ramasser en beauté lors du débat que vous savez face à Macron. C’était un débat à la loyale, comme les duels au pistolet. Avec un seul coup à disposition. One shot, pour les jeunes qui ne comprennent pas bien le français…

    Maintenant que le coup est tiré, y a pus. Marine est cuite. Marion est trop jeune, même si très  brillante. La famille Le Pen doit comprendre qu’elle ne représente plus du tout cette partie des Français qui n’en veulent plus de cette gabegie pro-racaille. Les Français veulent de l’ordre, de la sécurité, le respect de la Loi. Cela fait des dizaines d’années que cela n’existe plus.

    Zemmour ne dit rien d’autre. Il veut faire exploser cette mainmise des Le Pen sur la réaction face au laxisme organisé de la gauche. Et contrairement à Marine, il est imbattable en duel. Personne n’ose l’affronter car d’Artagnan était un enfant de chœur à côté de lui. Bernard-Henri Lévy, traité de Malraux de carnaval, ne s’en remettra jamais…

    Merci mille fois, M.Zemmour, pour cet esprit brillant qui enfin allume une petite lumière de sortie de crise…