• Dies irae

    Pour ma part, j’adore cuisiner. Autrefois, il y a longtemps, quand j’habitais un immeuble minable à Neuch, j’avais le privilège d’inviter l’une ou l’autre de mes charmantes voisines pour profiter de mes créations.  Je me suis fait à l’idée que je pouvais en profiter seul. C’est la création qui compte, après tout. On prépare son repas avant plus ou moins midi. Et donc, depuis pas mal de temps (mon retour en CH…), je m’inflige la Une en épluchant mes légumes. Ce n’est pas par pur masochisme, comme pourrait le croire rabbit. Je ne me régale pas du cours de la Bourse…mais je m’intéresse aux messages que l’on envoie au vulgum pecus. Et ce n’est pas de la tarte…

    Alors aujourd’hui, une (in)certaine Laura Chaignat (j’ai vérifié sur Google…) nous parle des trous du cul vaudois (vers 11h34 sur les Dicodeurs, la Première). C’est de l’humour, selon ce que nous prétendent nos autorités en la matière. Elle est Jurassienne (j’étais sûr qu’elle était Italienne, vu la haine quasi Adamarresque de la Suisse et du canton de Vaud…) et donc par définition hait les Vaudois. Qu’elle se rassure, on le lui et leur rend bien ! Puisqu’elle est en si bon chemin, je lui suggère de lancer une initiative pour que les Jurassiens rejoignent enfin leur pays d’adoption, ce pays de la jalousie et de la haine réciproque qu’est la France !

    Bon voyage, pétasse jurassienne ! (C’est de l’humour, paraît-il…)

  • Les Français vont-ils enfin comprendre la leçon ?

    Ils viennent de se faire éjecter du marché des sous-marins australiens. Et comme par hasard, par leurs amis étasuniens et anglais. Cela fait des années qu’ils servent de supplétifs aux menées anglo-saxonnes, du Kosovo (voir le livre de Jacques Hogard cité dans le billet précédent) au Sahel. Sauf que dans ce dernier cas, ils se sont mis tout seuls dans le piège, en éliminant ce cher Khadafi…

    Ce qui a provoqué le pillage de ses arsenaux par les djihadistes, la descente sur le Mali et l’opération Servane. Alors l’Histoire nous a resservi ses vieux plats : l’alliance entre Français et Touaregs. Ce n’est pas du tout par hasard que les Français ont laissé échapper les djihadistes de Tombouctou (Tin Bukhtu, le lieu de la Vieille…). Les Français connaissent depuis toujours les projets d’indépendance des Touaregs (Tamacheks…) sur la 7ème région du Mali. Ils savent plus ou moins le potentiel minier de cette région, à voir les cadavres de camions de la Compagnie Générale de Géophysique (de Schlumberger, sauf erreur) abandonnés sur place (vus en 1986 lors de ma mission pour l’UNICEF). Les Français ont cru faire jeu égal avec les USA et en même temps, mener leur propre jeu sur cette région. Je ne peux m’empêcher de penser qu’ils avaient des pensées sur l’avenir géologique de cette région, en mettant de côté les intérêts maliens. Je ne me prononce pas sur l’équité du procédé. Les Maliens ont-ils un droit sur l’Azawad ? Rien n’est moins sûr…

    Mais les Français devraient comprendre que leurs intérêts ne sont pas liés uniquement aux Étasuniens. Même si Putine apparaît en Europe comme un dictateur, l’honnêteté intellectuelle minimum demande de considérer l’ère Yeltsine. Le bradage à vil prix des grands consortiums russes à des hommes d’affaires pour la plupart juifs, c’est-à-dire disposant de relations étroites avec les USA. Les Français devraient un peu plus considérer l’attitude de l’Allemagne, qui continue à vouloir la réalisation du pipe-line direct de Russie, sans passer par l’Ukraine, totalement soumise aux USA et qui réclame chaque année un milliard de dollars de droit de passage de ce gaz. Sans strictement rien faire, le parasitisme dans toute sa splendeur.

    En contradiction avec mon billet sur les F-35 ? Oui et non. Jusqu’à ce jour, la Suisse ne connaît qu’un pays clairement hostile : la France. Toutes les décisions européennes hostiles envers nous viennent de ce pays : éjection d’Erasmus, des programmes de recherche, de la Bourse européenne. Et on leur aurait acheté leur Rafale ?

  • Non aux réfugiés afghans

    Il semble qu’il y a une chose que les Occidentaux, dans leur majorité, n’ont pas encore compris. Tous les peuples et toutes les civilisations ne partagent pas leurs valeurs. C’est particulièrement visible dans le domaine des relations hommes – femmes et c’est particulièrement manifeste en ce qui concerne les pays islamiques. Et parmi les pays islamiques, un se distingue spécialement dans sa misogynie (en tout cas à nos yeux…) : l’Afghanistan. Les conditions très dures qui sont faites aux personnes de sexe féminin ne datent pas des Talibans. Et ne sont pas uniquement pachtounes. De nombreux observateurs ont relevé que chez le commandant Massoud, c’est-à-dire chez les Tadjiks, les femmes devaient aussi porter l’hidjab. Les commentateurs de la presse mainstream attribuent un peu trop facilement aux Talibans ce qui appartient à la culture séculaire de l’Afghanistan…

    Qu’ils soient pro-Talibans ou qu’ils fuient ces derniers, les hommes afghans n’ont que peu de considération pour les femmes. En Europe, de nombreux crimes sexuels ont pour auteur des ressortissants de ce pays. Les femmes européennes sont pour la plupart non-musulmanes et donc ne méritent aucun respect pour eux…

    Une amie à moi est partie en Afghanistan comme médecin MSF du temps de l’invasion de ce pays par les Soviétiques. C’était donc de toute façon très risqué. Elle en a ramené une anecdote qui l’a beaucoup marqué. Dans son dispensaire, une foule de femmes attendait la consultation. Un homme se présente et il se place immédiatement devant la queue. Mon amie lui demande de se mettre derrière et d’attendre comme tout le monde. Il lui allonge son poing dans la figure et la met K.O.

    Cela ne se passe pas encore très souvent comme cela chez nous, mais cela viendra si l’on continue de penser que tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil. C’est déjà le cas en France, de temps à autre…

    Il se passe que chez nous, les femmes sont très mal défendues. Principalement par des féministes lesbiennes, anti-hommes blancs acharnées, et qui se vautrent dans des argumentations totalement irrationnelles, pour des raisons relevant de la psychiatrie plutôt que d’autres choses. Le harcèlement dans les rues, les agressions de toute sorte contre les femmes n’existaient pas ou si peu du temps de mon enfance, il y a soixante ans. Cela ne se fait pas chez nous, sauf par des marginaux qui étaient très vite éloignés de la société. On les empêchait de nuire, et votre mère pouvait rentrer chez elle de nuit si elle le voulait. Aujourd’hui, c’est autre chose…

    Les marginaux, les désaxés, les asociaux en tous genres sont protégés par une magistrature totalement soumise à des critères relevant de l’angélisme le plus naïf. Si en plus ils viennent de cultures différentes, ils seront encore plus choyés.

    Cependant, si l’on regarde le monde, on s’aperçoit qu’il n’y a pas que l’Afghanistan. Cette priorité mise sur ce pays est un artefact dû à la presse mainstream. Cela ne va pas mieux au Yémen, au Liban, au Sri-Lanka, etc, etc… En fait, le collapse a déjà commencé dans une grande partie de la planète…

    Je suis en train de lire les Mémoires de Winston Churchill. En fait, il a mis toute son énergie à mettre en garde les Anglais contre le réarmement de l’Allemagne, contre l’avis des socialistes et des libéraux qui voulaient désarmer l’Angleterre et laisser l’Allemagne se réarmer, par esprit de justice… On sait ce qu’il en est advenu…

    Je n’ai pas beaucoup de considérations pour les enseignements des monothéismes juif, chrétien ou musulman, mais beaucoup pour ceux de de la théogonie grecque. L’histoire de Cassandre me paraît très révélatrice de nos déboires contemporains…