• Dies irae

    Pour ma part, j’adore cuisiner. Autrefois, il y a longtemps, quand j’habitais un immeuble minable à Neuch, j’avais le privilège d’inviter l’une ou l’autre de mes charmantes voisines pour profiter de mes créations.  Je me suis fait à l’idée que je pouvais en profiter seul. C’est la création qui compte, après tout. On prépare son repas avant plus ou moins midi. Et donc, depuis pas mal de temps (mon retour en CH…), je m’inflige la Une en épluchant mes légumes. Ce n’est pas par pur masochisme, comme pourrait le croire rabbit. Je ne me régale pas du cours de la Bourse…mais je m’intéresse aux messages que l’on envoie au vulgum pecus. Et ce n’est pas de la tarte…

    Alors aujourd’hui, une (in)certaine Laura Chaignat (j’ai vérifié sur Google…) nous parle des trous du cul vaudois (vers 11h34 sur les Dicodeurs, la Première). C’est de l’humour, selon ce que nous prétendent nos autorités en la matière. Elle est Jurassienne (j’étais sûr qu’elle était Italienne, vu la haine quasi Adamarresque de la Suisse et du canton de Vaud…) et donc par définition hait les Vaudois. Qu’elle se rassure, on le lui et leur rend bien ! Puisqu’elle est en si bon chemin, je lui suggère de lancer une initiative pour que les Jurassiens rejoignent enfin leur pays d’adoption, ce pays de la jalousie et de la haine réciproque qu’est la France !

    Bon voyage, pétasse jurassienne ! (C’est de l’humour, paraît-il…)