L’humanisme

S’attaquer à ce sujet alors qu’on n’est rien qu’un petit géologue à la retraite…

Mais faut-il se taire pour autant ? L’humanisme est né bien avant la mondialisation, c’est le premier point. Il se justifie pleinement après des siècles de guerres et d’horreurs qui en découlent entre populations relativement proches. Combien de Français sont -ils conscients que c’est de chez eux qu’est né la notion de génocide, perpétré par le général Meylac aux ordres de Louis XIV sur les populations du sud de l’Allemagne ?

https://fr.wikipedia.org/wiki/Ravage_du_Palatinat

L’humanisme est la valeur universelle, celle qu’on ne peut mettre en question. Mais elle est foncièrement et complétement européenne. Il n’y a pas d’humanisme africain ou chinois, qu’on le veuille ou non. Ou alors qu’on vienne me le démontrer…

C’est au nom de l’humanisme que 999 chansons populaires françaises sur 1000 sont de gauche, et encore ne suis-je pas sûr de l’existence de la millième qui serait de droite. Tous les artistes ou soi-disant tels se doivent d’écrire et de chanter des textes à la gloire de l’amour universel. Tous les artistes européens ou de leur obédience (américaine, par exemple). Quand Joan Baez chante, tout le monde se sent très, très humain…

C’est peut-être dur à avaler, mais on sent bien que cela ne colle plus à la réalité de notre monde. Nous Européens ne le dirigeons (heureusement) plus. Notre idéologie humaniste, issue en droite ligne du christianisme, n’a plus valeur universelle.  Les Chinois, les Africains et autres habitants de cette planète ne se reconnaissent pas dans cette idéologie et ils le prouvent chaque jour.

Sans devenir des monstres inhumains, nous devons apprendre à mieux gérer les autres. Cesser de tomber dans les travers insensés de ceux qui favorisent par exemple le travail des bandits du trafic ce chair humaine vers l’Europe. Nous ne devons plus nous sentir responsables de la misère des autres peuples lorsque l’impérialisme occidental n’est pas la cause première. Nous rappeler du primat des causes internes. S’ils le voulaient bien, les Africains pourraient se développer comme l’ont fait les Asiatiques. Les Afghans ne sont pas condamnés au joug des affreux talibans, s’ils voulaient bien de donner la peine de lutter contre eux. Au lieu de quoi, il faut s’attendre à une vague de jeunes Afghans en Europe, tous pétris d’un machisme virulent qui leur fait considérer toute femme européenne comme une pute devant satisfaire leurs besoins sexuels.

Au nom de l’humanisme…

Commentaires

  • Il serait peut-être bon de commencer par définir le terme “humanisme”. Voici la définition qu'en donne le Dictionnaire de l'Académie française :
    « Doctrine, attitude philosophique, mouvement de pensée qui prend l'homme pour fin et valeur suprême, qui vise à l'épanouissement de la personne humaine et au respect de sa dignité. »
    Est-ce bien là le sens que vous donnez au mot “humanisme”, Géo ?

  • Vous mettez le doigt exactement où est le problème. Pensez-vous que la notion correspondant à "humanisme" soit la même chez les Chinois, les Africains ou les aborigènes d'Australie ? N'est-ce pas une forme supérieure de colonialisme que d'imposer sa vision (clairement d'origine chrétienne) à l'ensemble des cultures de cette planète ? Il serait bien plus profitable aux autres que les Européens de faire et de suivre leur propre cheminement...

  • Pour illustrer (peut-être) les différences culturelles entre la Chine et l'Europe:

    a) un poème de Li Bai (701-762)
    若耶溪旁采莲女,笑隔荷花共人语。
    日照新妆水底明,风飘香袂空中举。
    岸上谁家游冶郎,三三五五映垂杨。
    紫骝嘶入落花去,见此踟蹰空断肠

    b) mis en musique par Gustav Mahler et créé en 1911 à Munich:
    https://www.youtube.com/watch?v=SQk5ZiWXg0Y

    c) isolément, c'est beau; ensemble, c'est le mariage de la carpe et du lapin.

  • Il s'agit plus précisément du morceau IV, «Von der Schönheit (Beauty)», à 22 minutes et 28 secondes.

  • Bon, autant le dire de suite, même si l’on est d’accord avec votre dernier paragraphe et votre argumentaire, on est moins fana de l’intitulé de votre billet. Sans vouloir pinailler, enculagailler la moumouche pour parler célinien, idiome je crois que vous entravez, j’aurais préféré « Humanisme dévoyé » ou humanitarisme…
    Pour moi, l’humanisme, historiquement, c’est un mouvement intellectuel importé par les savants grecs fuyant la prise de Constantinople en 1453 et se réfugiant en Italie et qui s’est épanoui dans toute l’Europe, ainsi que vous le relevez. Et l’humaniste, c’est un lettré versé dans les langues et la culture antiques, pas forcément à la barre de navires de secours.

    Par extension, il est vrai que son sens, teinté fortement de la morale chrétienne, est devenu celui donné par Mario : respect de la personne et de la valeur humaine, tolérance entre individus et démocratie au niveau de la nation, et cætera, fermez le ban.

    Un détail encore : je sais bien qu’à part le saint-nectaire et les farouches Arvernes, vous n’aimez rien de nos voisins francaouis, mais leur faire porter le chapeau pour l’origine des génocides en citant le fameux sac du Palatinat, c’est leur tailler un costume bien trop large… L’humanité conquérante n’a pas attendu Louis le Quatorzième, Turenne, Louvois and co pour semer la désolation en territoire ennemi. On parlait alors de la politique de la terre brûlée, le concept de génocide est venu plus tard, même si après la redécouverte des Amériques on avait déjà réalisé de réjouissantes avancées en la matière en riffaudant les populations locales… Un exemple plus ancien encore documenté par le conquérant lui-même : la Guerre des Gaules qui pendant près de dix ans ravagea tout le pays (plus d’un million de morts). Et je ne citerai que pour les mentionner les Guerres puniques dont un historien italien a pu écrire qu’il y voyait la raison du retard économique du sud de l’Italie (le Mezzogiorno).
    Alors la vieille rogne des Germains, pour justifiée qu’elle soit, apparaît folklorique. Ils ont eu l’occasion de montrer par la suite leur créativité en ce domaine.

  • Le premier génocide documenté est très ancien. Lisez plutôt:

    “Tout ce qui vivait sur la terre expira, tant les oiseaux que le bétail et les animaux, tout ce qui pullulait sur la terre et tous les hommes. Tout ce qui avait un souffle de vie dans ses narines et qui se trouvait sur la terre ferme mourut. Dieu fit disparaître tous les êtres qui étaient à la surface du sol, depuis l'homme jusqu'au bétail, aux reptiles et aux oiseaux: ils furent exterminés de la terre. Il ne resta que Noé et ceux qui étaient avec lui dans l'arche.”
    (Genèse 7:21-23)

    L'homme ayant été fait à l'image de Dieu, il ne faut pas s'étonner s'il pratique lui aussi le génocide. Quelques exemples tirés de l'Ancien Testament:

    “Vouez à la destruction tout ce qui leur appartient [aux Amalécites]. Tu ne les épargneras pas et tu feras mourir hommes et femmes, enfants et bébés, bœufs et brebis, chameaux et ânes.”
    (1 Samuel 15:3; c'est l'Éternel, Dieu d'amour, qui parle)

    “Nous avons alors pris toutes ses villes et nous les avons vouées à la destruction, hommes, femmes et petits enfants, sans laisser un seul survivant.”
    (Deutéronome 2:34)

    “Mais dans les villes des peuples dont l'Eternel, ton Dieu, te donne le pays pour héritage, tu ne laisseras la vie à rien de ce qui respire. Oui, tu extermineras ces peuples – les Hittites, les Amoréens, les Cananéens, les Phéréziens, les Héviens et les Jébusiens – comme l'Eternel, ton Dieu, te l'a ordonné”
    (Deutéronome 16-17)

    “Ils s'emparèrent de la ville et vouèrent à la destruction, en le passant au fil de l'épée, tout ce qui s’y trouvait: hommes et femmes, enfants et vieillards, jusqu'aux bœufs, aux brebis et aux ânes.”
    (Josué 6:20-21)

    “Josué conquit tout le pays, la montagne, le Néguev, la vallée et les coteaux, et il en battit tous les rois. Il ne laissa aucun survivant et il extermina tout ce qui respirait, comme l'avait ordonné l'Eternel, le Dieu d'Israël.”
    (Josué 10:40)

    “Puis nous nous sommes emparés de toutes ses villes ; il y en avait soixante dans toute la contrée d’Argob qui constituaient le royaume d’Og en Basan ; nous les avons prises toutes sans exception. Toutes ces villes étaient fortifiées, entourées de hautes murailles et munies de portes verrouillées de barres de fer. En plus, nous avons pris un très grand nombre de villages non fortifiés. Et nous en avons complètement exterminé la population pour la vouer à l’Eternel, hommes, femmes et enfants, comme nous l’avions fait à l’égard du royaume de Sihôn, roi de Heshbôn.”
    (Deutéronome 3:4-6)

    “Les Israélites revinrent vers les Benjaminites et les frappèrent du tranchant de l'épée, depuis les habitants des villes jusqu'au bétail et jusqu’à tout ce qu’ils rencontrèrent. Ils mirent aussi le feu à toutes les villes existantes.”
    (Juges 20:48)

    “Lorsque l'Eternel, ton Dieu, t'aura fait entrer dans le pays dont tu vas prendre possession et qu'il aura chassé devant toi beaucoup de nations – les Hittites, les Guirgasiens, les Amoréens, les Cananéens, les Phéréziens, les Héviens et les Jébusiens, sept nations plus nombreuses et plus puissantes que toi – lorsque l'Eternel, ton Dieu, te les aura livrées et que tu les auras battues, tu les voueras à la destruction. Tu ne concluras pas d'alliance avec elles et tu ne leur feras pas grâce.”
    (Deutéronome 7:1-2)

    “Monte contre le pays de Merataïm
    et contre les habitants de Peqod!
    Massacre, voue à la destruction ce qui reste derrière eux, déclare l'Eternel,
    fais tout ce que je t’ai ordonné!
    Des cris de guerre retentissent dans le pays.
    Le désastre est grand.”
    (Jérémie 50:21-22)

    C'est ainsi, en ces temps reculés, que peuple élu concevait l'humanisme.

  • Cher Monsieur Géo, vous ecrivez...

    "...C’est au nom de l’humanisme que 999 chansons populaires françaises sur 1000 sont de gauche, et encore ne suis-je pas sûr de l’existence de la millième qui serait de droite. Tous les artistes ou soi-disant tels se doivent d’écrire et de chanter des textes à la gloire de l’amour universel..."

    Cela m'a amusé, car l'univers de la chanson, comme le reste, est bien plus étonnant que l'étroite portion transmise par les radios et les télévisions.

    Juste pour initier mon propos voici une chanson intitulée "Ce que j'aime", reprise par un jeune barde...

    https://www.youtube.com/watch?v=12JJP3r67Vw

    et son originelle version chantée par son auteur...

    https://www.youtube.com/watch?v=p-BSsQdmN8M

    Vous n'affirmerez sans doute pas que cette bluette suinte l'humanisme...?

    Si d'aventure vous êtes disposé à aller baguenauder en des contrées plus rudes encore, voici une petite marche en campagne qui ne saurait augurer d'une lénifiante bienveillance humaniste...

    https://www.youtube.com/watch?v=fVyjHko8rvY

    Et en bonus, une curieuse invention dont la technologie pourrait surprendre...

    https://www.youtube.com/watch?v=Ytm5N8a-fC0&list=PLiUmsAYq78plAuCQlyhQKM88twtAuR1BH&index=41

    Avant de vous en envoyer éventuellement d'autres, je précise tout de même que mon propos ne concerne que l'univers de la chanson et ne professe aucune inclination vers l'une ou l'autre de ces orientations politiques ou comportementales possibles.

    D'ailleurs voici pour conclure ce message une chouette version de " La Bicyclette "...

    https://www.youtube.com/watch?v=uOtWz6Lbtrk&list=PLiUmsAYq78plAuCQlyhQKM88twtAuR1BH&index=105

    Ce que j'apprécie c'est l'imagination, et par-dessus tout l'humour.

  • Chester Edwin@ Oui, mais une sur 1000 ou 10'000 et elles ne passent jamais sur les chaînes publiques ou pas...
    Vous ne m’enlèverez pas de la tête que les "bons sentiments" sont de rigueur...

  • Ah, inattention et précipitation se jouent de mes neurones, l'originelle version de la chanson " Ce que j'aime " a été remplacée par une autre chanson de Philippe Muray, par ailleurs tout aussi corrosive.

    Mais bon, voici donc la version Muray de " Ce que j'aime "...

    https://www.youtube.com/watch?v=WC_aroUsM2E

    Merci pour votre attention.

  • Vous auriez aussi pu me servir "Je suis pour" de Sardou... Néanmoins, la chanson la plus subversive qui serait aujourd'hui taxée à droite vient d'un chanteur très engagé à gauche. Écoutez la attentivement :
    https://www.youtube.com/watch?v=Nm2Te7fZbUc
    Je ne dirais pas que c'est ma chanson française préférée, j'en connais plusieurs centaines qui me parlent tout autant tant ce domaine est riche. Mais je l'adore, en tant que vieil expatrié...

  • Oh, depuis tout gamin Debronckart m'a captivé. Cette façon bravache de chanter le désarroi de l'humain moderne avec " J'suis heureux" en 69, dont le texte me paraissait à l'époque tout de même bien bizarre.

    Et "Adelaïde" dont la mélancolie représentait pour le gosse que j'étais la parfaite illustration de ce que devait être la vie des marins et autres voyageurs emmenés loin de chez eux par les hasards de l'existence. Une chanson qui essayait de ne pas perdre pied en alternant nostalgie poignante et cet entrain que les marins ont souvent chanté dans leurs hymnes les plus anciens. Oh oui, je l'aime cette chanson, je l'ai glissée dans au moins deux listes que je réécoute souvent...

    https://www.youtube.com/watch?v=Nm2Te7fZbUc&list=PLiUmsAYq78pm8S1lbMrzyYeuigj8Aw9ex&index=92

    Avec juste avant, cette merveille de Guy Bontempelli qui me faisait rêver à l'adolescence...

    https://www.youtube.com/watch?v=tQIQH2ODoco&list=PLiUmsAYq78pm8S1lbMrzyYeuigj8Aw9ex&index=91

    Et encore "Adelaïde" là...

    https://www.youtube.com/watch?v=3a24lSSnN4w&list=PLiUmsAYq78pnSA3-bSfrormZZxBZ5GTI9&index=59

    une liste où se trouve aussi cette belle chanson de Caussimon et Ferré, "Ostende", encore ce climat des ports, fenètres ouvertes sur l'aventure et le souvenir...

    https://www.youtube.com/watch?v=3jHw0M2mgJA&list=PLiUmsAYq78pnSA3-bSfrormZZxBZ5GTI9&index=43

    Et pour finir avec "Adelaïde", la version en public des Frères Jacques en 1964, magnifique...

    https://www.youtube.com/watch?v=Y0PEmuxYUzg&list=PLiUmsAYq78plAuCQlyhQKM88twtAuR1BH&index=11

    Presque une chanson d'anticipation.

    Merci pour votre attention.

  • Mario Jelmini@ La réponse à votre commentaire se trouve sur mon nouveau billet...

  • Chester Edwin@ "Adélaïde" est une chanson d'expatrié, pas de marin. Ces deux statuts me paraissent vraiment très différents...et d'ailleurs Debronckart l'exprime très bien. "En bons citoyens d'Australie..."
    L'expatriation, c'est le déchirement, la saudade, la nostalgie. Marin est une condition de forçat dans un bagne...

  • Oui, oui, vous avez raison, c'est pourquoi j'ai écrit "...la vie des marins et autres voyageurs emmenés loin de chez eux par les hasards de l'existence...".

    Le côté marinier de la chose est dans le style de la chanson, mi-martiale mi-nostalgique, comme beaucoup de ces airs amenés autant à évoquer le manque du pays que la fougue de l'aventure.

    En passant à Adelaïde je n'y ai vu que l'Australie moderne, belle et effectivement loin de l'Europe mais sans cette mélancolie de la chanson, sans doute attachée à l'ère précédant les vols qui vous font, hors pandémie, passer de Cointrin à Darwin en un jour et pas mal de sommeil. Je n'avais pas à y résider longtemps, d'où ce décalage d'avec mes souvenirs d'enfant.

    Et pour rester encore un instant avec Debronckart, une chanson déchirante, à n'écouter qu'en ayant à portée un antidote au moins aussi puissant qu'une poilade de Jean Yanne ou une loufoquerie de Peter Sellers...

    https://www.youtube.com/watch?v=q3qIfC6W9LQ&list=PLiUmsAYq78pnSA3-bSfrormZZxBZ5GTI9&index=88

    Merci pour votre articles.

  • Chester Edwin@ J'ai écouté "Écoutez -moi, vous ne m'écoutez pas..." Je ne la connaissais pas. Cela me ressemble mais je suis plus vieux. Je n'ai plus peur d'être seul, j'assume et je me sens bien à vivre seul. Comme le dit Debronckart, une nuit probablement je vais me réveiller avec une forte douleur dans la poitrine (3h du mat, l'heure des infarctus...) et j'espère que cela ne durera pas trop longtemps... mais c'est le lot de tout le monde. Seul ou accompagné...
    Je me vois un peu comme ces chamois solitaires chassés du troupeau par plus jeune qu'eux. Je me demande si comme moi ils sont aussi contents de ne plus se sentir obligés de gérer le troupeau...

  • L'isolement et la solitude sont devenus le lot de bien des contemporains avec ce cadeau empoisonné des échanges intercontinentaux, cette pandémie née en Chine et prestement répandue autour du monde telle une peste autant des corps que des âmes.

    Mille consolations existent mais la musique me paraît l'une des plus belles.

    https://www.youtube.com/playlist?list=PLiUmsAYq78plbKa-8A1Unrt61nLkmmnp1

    https://www.youtube.com/playlist?list=PLiUmsAYq78pmZY_qkaWk8wdQrZUqzzzz2

    https://www.youtube.com/playlist?list=PLiUmsAYq78plLOQ4t2-Ydzngi-XvN_vuc

    https://www.youtube.com/playlist?list=PLiUmsAYq78pnGB7GvjuUDGqc0g94L8w2M

    https://www.youtube.com/playlist?list=PLiUmsAYq78plAuCQlyhQKM88twtAuR1BH

    Cordialement.

Les commentaires sont fermés.