Gratuité

FoutaDiallon.jpgC’est le thème à la mode pour les transports publics chez les écolo-communistes, au pouvoir à Genève et à Lausanne. Quoi de plus normal, vu leur atavisme politique ? Sauf que.

J’ai eu le « privilège » de bosser pour Helvetas, première ONG suisse, qui se dit laïque. Mais son programme ressemble furieusement à celui d’un parti d’extrême-gauche et je ne suis pas sûr que ceux qui lui envoient de l’argent en sont bien conscients. Sa prise de position sur l’initiative « Multinationales responsables » est là pour le démontrer.

Néanmoins, ce qui est intéressant ici, c’est sa position sur la gratuité de l’eau en Afrique. Après une succession incroyable d’échecs, plus de mille points d’eau moderne (PEM) réalisés au Mozambique, avec une viabilité approximant zéro, il a fallu se poser des questions. Ce qui est donné a beaucoup de moins de valeur que ce que pourquoi vous avez dû vous battre. On a donc introduit dans les villages de Cabo Delgado que l’eau se paie, comme n’importe quel bien. Ce n’est pas l’eau elle-même que vous payez, bien sûr, mais tous les travaux qu’il a fallu faire pour la rendre plus ou moins disponible aux masses rurales. Un forage coûte dans les 15'000 dollars, une pompe manuelle de qualité dans les 2000. Autrefois, le standard était une pompe pour 500 habitants, il a été réduit à 250 mais c’est bien évidemment encore très problématique. Comment responsabiliser 250 personnes sur le bon usage d’une pompe ? Le seul moyen, c’est d’y adjoindre un fontainier qui fait payer une certaine somme aux utilisateurs, prix comprenant le coût d’une future réparation voire changement de la pompe.

Avant cela, le Frelimo se donnait bonne réputation en débarquant dans les villages avec le message « On va vous donner de l’eau saine et en suffisance » et quand le forage ou la pompe ne fonctionnait plus, les villageois en réclamaient simplement un autre…

En fait, le gouvernement a retiré à Helvetas la charge de l’hydraulique villageoise pour cette province…

Pendant ce même temps, les Frelimo d’ici luttent pour la gratuité des transports. L’escroquerie est déjà dans l’énoncé. Il n’y a pas de gratuité, il y a toujours quelqu’un qui paie. En l’occurrence, ce sera avec les impôts des citoyens. Au Mozambique, ce sera avec l’argent des donateurs, donc les mêmes. Les citoyens européens et suisses…

Quel est le premier effet de la gratuité ? Ici comme ailleurs, l’irresponsabilisation des usagers. Les djeunes en colère contre nous parce qu’ils sont sous l’effet d’un surplus d’hormones vont se venger de plus belle sur les sièges et les vitres de vos bus préférés. On dirait que nos éminents sociologues n’ont pas encore compris que si les djeunes se sont injecté mille douze cochonneries toxiques dans les veines ou les poumons, c’est parce qu’ils avaient très bien senti que c’était le meilleur moyen d’em…der leurs parents ou la « société »…

Commentaires

  • On a pu vérifier ces observations avec les vélos en libre service. Pourtant, il faudra bien se pencher sur le monde qui vient dans lequel il n'y aura plus de travail pour le plus grand nombre et donc de moyens de payer des biens et des services.
    Il semble que la jeunesse ait compris qu'il était préférable de pouvoir jouir d'un bien ou d'un service plutôt que posséder, entretenir et amortir du matériel dont nous n'avons qu'un usage ponctuel. Non seulement sous l'angle production durable et cyclique, mais aussi dans la quête de sens. Dire qu'il fut un temps où on trimballait ses bouteilles de pongée et le compresseur, son aile delta ou ses cannes de golf pour pouvoir en jouir une fois dans l'année...
    Je n'ose même pas penser combien coûte un yacht à l'entretien...
    Quoiqu'il en soit, nous seront très bientôt tous monitorés en permanence. Le vandalisme devra se réinventer. La gratuité aussi.

  • Lien avec l'article de Wikiberal sur la gratuité et une citation de Frédéric Bastiat:
    https://www.wikiberal.org/wiki/Gratuité
    «A la vérité, le mot gratuit appliqué aux services publics renferme le plus grossier et, j'ose dire, le plus puéril des sophismes. (...) Mais il n’y a de vraiment gratuit que ce qui ne coûte rien à personne. Or les services publics coûtent à tout le monde ; c’est parce que tout le monde les a payés d’avance qu’ils ne coûtent plus rien à celui qui les reçoit. Celui-ci, qui a payé sa part de la cotisation générale, se gardera bien d’aller se faire rendre le service, en payant, par l’industrie privée.»

  • Les trottoirs sont gratuits... Allez hop une taxe!
    Les routes sont gratuites... Allez hop une taxe!
    Les ponts sont gratuits... Allez hop une taxe!
    Les tunnels sont gratuits... Allez hop une taxe!
    Les parcs publics sont gratuits... Allez hop une taxe!
    Les bibliothèques publiques sont gratuites... Allez hop une taxe!
    L'air que nous respirons est gratuit... Allez hop une taxe!
    Les trottoirs sont gratuits... Allez hop une taxe!
    Les trottoirs sont gratuits... Allez hop une taxe!

  • Je parie que "Les pieds dans le plat" est un bon citoyen genevois. Où selon la loi générale, 20% des citoyens payent le 80% des impôts mais où aussi plus qu'ailleurs en Suisse, il y a davantage de gens qui en sont exemptés...
    Cela dit, cher monsieur "Les pieds dans le plat", ce que vous décrivez va certainement arriver si la croissance de la population continue au même rythme qu'avant le Covid...

  • Last but not least : si par malheur les citoyens suisses acceptent la loi sur le CO2, il faudra s'attendre, pour les malheureux propriétaires, à une avalanche de demande d'améliorations de l'isolation, de bilans thermiques avec toute la mafia des pseudo-experts en ces domaines, qui pullulent déjà aujourd'hui...
    Il faudra à tout prix isoler les charpentes anciennes et donc vraisemblablement les condamner à un pourrissement plus que probable. Mais c'est bien le but : donner du travail à ces "experts"...

  • La Loi de Pareto est une forme de longue traîne, avec des valeurs très grandes pour un petit nombre d'observations, et l'inverse pour les petites valeurs avec un nombre d'observations élevé. Pour contrer l'effet longue traîne, il faut utiliser une double échelle logarithmique. À ce moment-là, on s'aperçoit que les "Genevois de souche" ne représentent que 20% de la population, alors que le 80% restant est constitué d'immigrés de l'intérieur du pays où de l'extérieur. Raison pour laquelle il m'est impossible de trouver un logement et que la meilleure chose à faire est de retourner en Chine où ces phénomènes pervers n'existent pas. L'ai-je bien démontré ?

  • Pas de chance, Cher Monsieur Geo, vous avez perdu votre pari. Je parie à mon tour que je paie plus d'impôts que vous. Vous noterez que les votes ne sont pas censitaires en Suisse. Pour le moment. Serait-ce votre souhait de les rendre tels?

    Et je vous rassure: j'ai voté contre la loi CO2 qui est une véritable usine à gaz.

    Je n'ai pas compris comment seront chauffés les logements avec zéro utilisation des énergies fossiles. A part la géothermie, je ne vois pas. La géothermie et un parc de véhicules électriques vont faire exploser la demande électrique.

    Quant è la croissance de la population suisse, elle se fait par immigration. Suffirait de fermer le robinet. Mais les patrons vont hurler, les riches aussi s'ils ne peuvent plus importer de la main-d'oeuvre servile.

  • ... et économiquement aberrant. Va sans dire.

  • Cher monsieur "Les pieds dans le plat", je crois que la première chose à dire c'est que nous sommes passablement d'accord. Quant à savoir lequel de nous deux paie le plus d'impôts... De toute façon, il n'y a pas de quoi en être fier. De un, l'impôt sur la fortune : on en a déjà payé quand cette fortune nous arrivait sous forme de revenus. De deux, on paie un impôt sur la valeur locative de nos logements. Et même sur une bicoque inhabitable selon les normes helvétiques ! Vous n'avez pas le droit d'y habiter, pas le droit donc de la louer, mais vous paierez un impôt sur l'éventuel revenu que vous pourriez en retirer si vous aviez le droit de la louer. On est chez Kafka ou chez Courteline ?
    Quand à la main d'oeuvre nécessaire au patronat, voir Pierre Jenni et ses robots...
    PS. Pas terrible, votre pseudo. Vous ne voulez pas trouver mieux ?

  • Plus un impôt sur la plus-value réalisée sur la vente du bien, plus un impôt lors de la transmission du patrimoine lors d'une succession. Nous vivons sous un régime kleptocrate.

  • Bien d'accord avec vous, Géo! Ne fût-ce que parce que les élites suisses ont imposé au peuple une immigration de masse dont il ne veut pas! Et que cette immigration profite pleinement à des mafias (ONG et passeurs), mais non aux populations qui en sont les victimes!

    Par ailleurs, j'ai suivi le lien vers l'article Wikipedia sur la courbe de Gauss, et je dois dire, une fois de plus, que les articles scientifiques de Wiki sont écrits par des spécialistes qui veulent montrer à d'autres spécialistes leur savoir, et qui nous inondent de formules, mais qui sont incapables de vulgariser, à savoir de faire comprendre, d'expliquer la notion à des non spécialistes! Chose clairement à améliorer!

  • Maître Jacques: il est préférable de lire la version Wikipedia en anglais, parce que les Français sont des complexificateurs-nés et, que ce soit en maths ou en physique, leurs commentaires deviennent plus tordus que le sujet lui-même. Pourtant, les statistiques et les probabilités sont des sujets encore simples, mais il faut éviter de regarder les formules.

  • Merci, rabbit! Je vais y jeter un coup d’œil. Je constate d'ailleurs, Géo, que je me suis trompé de billet... pas à mon affaire!

  • "les articles scientifiques de Wiki sont écrits par des spécialistes qui veulent montrer à d'autres spécialistes leur savoir, et qui nous inondent de formules, mais qui sont incapables de vulgariser, à savoir de faire comprendre, d'expliquer la notion à des non spécialistes! Chose clairement à améliorer!" (Jacques Davier)


    Bon ben ... alors ... essayons ...

    https://www.youtube.com/watch?v=Wz1z-vzrI-4

  • A-t-on des nouvelles de Géo ? Son silence m'inquiète.

  • rabbit&Co@ Pas de problème. J'ai averti G et PJ que je partais pour une semaine dans la jungle auvergnate. Maison pas revue depuis septembre... Ceux qui s'inquiètent pour la Nature ne doivent pas se faire de soucis, elle reprend méchamment ses droits. Mais c'est vraiment très beau, coquelicots et pavots, et sauge. Rouge et bleu. J'ai fait de gros progrès dans l'art de la fauche, un vrai paysan uranais ne ferait pas mieux. J'ai donc consciencieusement méchamment dévasté les beautés de la Nature, mais cela reste très beau, quoique plus civilisé. En plus, la dame d'Auvergne a un sens du détail assez poussé. La prochaine fois, on pourra peut-être plus profiter de l'endroit (véritablement magnifique) sans avoir l'impression de ridiculiser les travaux de ce pauvre Hercule. Bien à vous...

  • Fauchage à la faux ? Très indiqué dans votre cas, comme le trampoline et le saut à l'élastique... Ces septuagénaires ne font que des conneries décidément, vous me faites peur...

  • J'essaie désespérément de trouver une formule meilleure que " se mettre le doigt dans l'oeil jusqu'au coude" mais bon, je suis fatigué par le voyage...
    Non, G, le fauchage à la faux est l'activité la plus cool du monde. Sinon, cela ne marche pas. Et j'ai appris un truc que je ne savais pas : il faut que l'herbe soit mouillée par la rosée pour que cela fonctionne. Vu vos commentaires sur un certain blog hamiltonien voisin, cette réalité ne vous échappera pas...

  • Si la pratique de certains hobbies par les aînés peuvent être sujettes à caution, regardez ce qu'il en est des mauvaises habitudes maintenues jusqu'à un âge avancé : "Il n'est pas habituel d'associer la vieillesse à l'existence de problèmes avec l'alcool. Sujet tabou parmi d'autres, l'alcoolisme du sujet âgé est vite relégué aux questions imaginées comme exceptionnelles, anecdotiques, dont on fait le choix de ne pas parler. Lever le tabou, sans intrusion irréfléchie, participe à la préservation de la qualité de vie des personnes âgées : c'est un enjeu d'avenir dans les soins qui leur sont apportés". Prenons donc tous garde,

  • Bof...
    Considérez plutôt ça sous l'angle des pratiques ancestrales comme la consommation d'opium en Chine qui permet d'atténuer les souffrances du corps des aînés qui ont souvent la sagesse de la modération.
    Sagesse du corps plus que conscience intelligente car notre véhicule rechigne et s'exprime. Il nous oblige à faire avec. Ou sans. Selon.
    Maintenant, pour rebondir sur la piètre justification plus bas de la qualité de syntaxe dans les interventions, j'observe que tant Géo que Gislebert font partie de ceux qui n'écorchent que rarement la langue alors qu'ils semblent visés par leur penchant épicurien. Je dirais même que, comme Géo qui conduit mieux lorsqu'il n'est pas en manque, la substance semble permettre de dépasser les limites qui font qu'un commentaire est chiant parce que trop raisonnable, convenu, entendu.

  • Je ne résiste pas...
    "Si la pratique de certains hobbies par les aînés peuvent être sujette(s) à caution..."

  • Oups...
    "Si la pratique de certains hobbies par les aînés peut(vent) être sujette(s) à caution

  • Que nous pond-il notre ami Lapin ? Un prêche pour la Croix-Bleue ? Ignore-t-il, je vais la faire médicale, les bienfaits des flavonoïdes du vin, ces composés naturels qui participent à la lutte contre les radicaux libres*, substances dont l’excès pour les humains prédispose à la dégénérescence cellulaire. Surtout celle des neurones…

    Et puis poétique, c’est mieux :

    Aujourd’hui l’espace est splendide !
    Sans mors, sans éperons, sans bride
    Partons à cheval sur le vin
    Pour un ciel féerique et divin !

    Comme deux anges que torture
    Une implacable calenture,
    Dans le bleu cristal du matin
    Suivons le mirage lointain !

    Mollement balancés sur l’aile
    Du tourbillon intelligent,
    Dans un délire parallèle,

    Ma sœur, côte à côte nageant,
    Nous fuirons sans repos ni trêves
    Vers le paradis de mes rêves !

    Les Fleurs du Mal, Le vin des amants

  • Je n’ai toujours pas compris pourquoi - vu cet innocent et beau poème, mon frère aîné a subtilisé les Fleurs du mal à ma vue.... J’avais 15 ans? Lire ce recueil de poèmes était -il nuisible à ma « santé «  Dr Gislebert?

  • Patoucha, le plus simple consiste d'abord à lire Baudelaire pour vous faire votre propre idée du bonhomme aujourd'hui. Mieux vaut tard que jamais.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Fleurs_du_mal
    Ensuite, demander des comptes à votre frère, s'il est encore de ce monde.
    Enfin, en dernier recours, consulter. Je doute que Gislebert soit le bon docteur, quoique...
    Je vous reçois dans mon taxi virtuel quand vous voulez pour en discuter.
    Prière de venir sans les chiens.

  • Merci Gislebert. Je m'apprêtais à répondre dans ce sens et vous l'avez fait mieux que moi. Enfin, rabbit, d'où vous vient cette poussée hygiéniste ? On est vieux, vous et moi. Je me souviens d'un couple de la Vallée, lui horloger de haute lignée, inventeur de ceci et de cela, elle honnête femme certes mais fumeuse et ne crachant pas dans son verre de vieille fine (tiens, veille fine, cela lui allait bien...). Lui, mangeur de petites graines, teint pâle et maladif, mais ne buvant que de l'eau. Quant à fumer, il en serait mort sur-le-champ, cet ectoplasme...
    Vous ne me croirez pas ? C'est lui qui est mort en premier, bien avant elle. Pierre Jenni m'a donné envie de me remettre à la moto, j'ai acheté la même. Une Bonneville, enfin une copie de... Croyez-moi ou non, je conduis bien mieux après les repas, c-à-d après quelques verres de bon vin, qu'à jeûn. Tout tireur à 300 m à l'arme d'ordonnance, espèce en voie de disparition dans ce malheureux pays qui est le nôtre, pourrait vous le confirmer.
    rabbit, très sérieusement, on a déjà renoncé à pas mal de choses, vu notre âge ? On ne va tout de même pas renoncer à tout, et au nom de quoi, je vous le demande ? Au nom du Ministère de la Bonne Santé Obligatoire ?

  • Bien au contraire, inestimable Géo, chacun consomme ce qu'il veut dans les quantités qui lui conviennent. Ce qui me chagrine, ce sont les effet secondaires sur la qualité des commentaires. Ont peut se crasher en auto ou en moto, imbibé d'alcool, cela ne me vaudra pas un sanglot ni même une larme. Mais de là à saboter la syntaxe et la sémantique sous influence du Sidi-Brahim, j'en suis révulsé. Et ça arrive trop souvent dans ces blogs.

  • "on(t) peut se crasher en auto..."
    Je passe sur l'anglicisme que même Larousse rechigne à recommander pour rappeler qu'on enseigne le mieux ce qu'on a le plus besoin d'apprendre.

  • L'influence du Sidi-Brahim ? C'est à des détails de ce genre qu'on sent qu'on a pris des années dans le buffet... Il y a une méchante lurette qu'il n'y a plus de vin algérien, Grand Nanabozho ! Rien que de prononcer le mot vin vous vaut la peine de mort en ces contrées barbares, alors en produire...
    Mais que le Grand Croc me crique, de quelles erreurs de sémantique ou de syntaxe parlez-vous ? Les miennes, je les assume complétement. Elles ne sont des erreurs que pour ceux qui ne savent pas que la langue ne se fabrique pas dans une académie, avec A ou non...
    Vous voulez une petite citation de Céline pour vous le faire bien comprendre ?

  • C'était juste pour gâcher quelques octets, Géo. Mais je reconnais que j'ai mieux à faire ailleurs que dans cette Cour des Miracles de la blogosphère. Par contre, vous avez un autre visiteur qui rêve de vous parler de son entrejambe.

  • Vous nagez dans l'acrimonie, rabbit. Ce n'est pas bon pour votre santé...

  • Oui, il ne nous avait pas habitué à ça.
    Faut reconnaître que dans cette équipe on ne se ménage pas.
    Et la bonne surprise c'est que, depuis qu'il a rouvert un blog, Géo, qui était souvent acariâtre, est devenu plus consensuel.

  • acariâtre, acariâtre... Est-ce que j'ai une gueule d'acariâtre, moi ?

  • Non, et c'est plutôt surprenant. Je pensais que le corps traduisait assez fidèlement l'esprit. Serait-ce un jeu ? Une façon de se secouer en provoquant ?
    Mes doutes furent confirmés lorsque de découvris incidemment que Roland, c'est aussi Michel. Et comme je ne connais pas un seul Michel qui ne soit pas adorable, je cherche toujours la clé de cette énigme.

  • « … vous avez un autre visiteur qui rêve de vous parler de son entrejambe. »

    Toujours aussi limpide, le Lapin, des noms, tudieu, des noms ! Quel est l’exhibitionniste forcené qui rêve d’offusquer le petit peuple du landerneau ? Serait-ce le même qui nous a avoué se promener à oilpé en sa bastide, faisant fuir ses invitées ?

  • "PJ@ Que vous déconniez à plein tube sur l'humanité, le monde et la physique quantique, cela ne dérange vraisemblablement pas grand monde. Je vous prie donc d'en rester à ces sujets mineurs et de ne pas aborder des questions aussi fondamentales que ce qui se cache derrière les prénoms...
    G@ N'allons pas chercher le Grand Lapin dans son terrier. Le lagomorphe est d'humeur très sensible. Cela doit être la chaleur..."

  • J'aimerais bien dire à vos ordres chef. J'en rêve depuis longtemps. Ce sera vraisemblablement pour une autre vie. En attendant je te dis d'aller te faire foutre et me laisser délirer tranquille.
    Deux options, laisser pisser et ne pas réagir ou bannir l'IP.
    Oui, ce doit être la chaleur...

  • Que dire alors des deux G qui se sentent grave outragés par mes impromptus, toujours composés en mode mineur ? Quant à Pierre Jenni des Alpages (cf. F'murr), mes interventions baroques lui font lâcher des chapelets de mots où l'influence de Gilles de la Tourette est souvent perceptible. Ceci et cela restant inexplicable pour un public qui n'en peu mais, comme la chèvre devant au loup, je commence à en avoir marre de composer des commentaires pesés au trébuchet sur un smartphone et de voir tout disparaître au cours d'une mauvaise manipulation. La philosophie et les travaux manuels ne font pas bon ménage. Donc, je vais passer plus de temps à sauver l'empire du milieu des attaques perfides dont il est l'objet, avant d'y retourner pour longtemps j'espère. Grosses bises à tous et bonjour chez vous.

  • Il y aurait un billet à faire sur Gilles de la Tourette... Sa carrière, son destin, sa maladie.

  • On n'est plus dans un blog, mais chez Platon. En pleine maïeutique...
    Pour ma part, je suis en peine de sujets qui tiennent la route. J'en ai plein, mais de là à en faire un billet...
    Quant au reste, chacun commente ou pas, ce n'est pas la question.

  • Maïeutique ? La base de la résolution de problèmes : QQOQC => qui a fait quoi où quand et comment. Et, si ce n'est pas une évidence: pourquoi ? Les fondements de l'information et de la communication, aussi. Si PJ pouvait retenir ça, il deviendrait lisible.

  • Ou quand l'hôpital se fout de la charité.
    Je suis toujours sidéré de vérifier à quel point on projette.
    Et donc on tourne en rond dans nos petites réalités étriquées, tous évidemment sûrs d'avoir toujours raison.
    Comme je me plais souvent à le dire, nous avons tous toujours raison dans notre grille de lecture. Nous avons donc évidemment aussi toujours tort pour l'autre. C'est la dynamique de la vie humaine. La controverse est mouvement. Le mouvement c'est la vie.
    J'observe de belles couleurs ici. Un rabbit qui esquive systématiquement, trop honteux de se rabaisser à de telles trivialités. Un Gislebert érudit mais drôle qui dispose de suffisamment de sagesse pour nous faire voyager sans trop étaler sa science. Un Géo plus rugueux, plus proche de la terre et du bon sens paysan qui s'offusque souvent mais qui lit beaucoup. Et un PJ transparent qui s'étale dans des délires très personnels sans espoir de trouver le moindre écho à ses diatribes.
    On se distrait comme on peut, on fait avec ce qu'on a tant que c'est là.

  • Lapin maïeuticien ? Je ne sais, dans le sens platonicien du terme, il me semble un peu hermétique dans ses développements, mais pourquoi pas après tout, cela marche bien avec PiJi, avec d’autres aussi peut-être. Mais l'ami Pierre ne demande qu'à s'étaler, patient facile...

    Par contre, je le vois parfaitement dans le rôle de l’homme sage-femme, le sens dérivé moderne : il ferait merveille en arrivant en salle de travail avec ses longues oreilles dépassant de sa charlotte. Les parturientes seraient prises d’un tel effroi, mieux qu’un shoot massif d’ocytocine, la contraction maous et la délivrance fulgurante, immédiate, sur un plateau.

  • Je ne faisais pas allusion à rabbit, mais à l'ambiance générale accoucheuse des âmes...

  • Oui j'avions bien entravé, señor Géo, mais que voulez-vous, c'est plus fort que moi, on l'aime tellement Lapinet qu'il faut qu'on l'agrémente à toutes les sauces.
    D'ailleurs il adore cela, son lagomorphisme en est tout émoustillé. Donc inutile de réagir comme la Gass à chaque propos dérisoire de gentillette dérision à son encontre. C'est pure amitié.

  • Un rabbit qui a eu l'idée hier soir à faire passer une Chinoise à travers le périmètre de sécurité autour de l'hôtel Intercontinental, dans le but d'y prendre une photo pour les copines de Shanghai. Quelque chose comme balader le Petit Chaperon rouge sur les pelouses de la Maison-Blanche quand loup y est. Cela va-t-il contribuer à améliorer les relations Est-Ouest ? Toutes les conjectures sont permises.

  • Avec tous ces snipers sur le toit ? Et vous nous parlez des dangers de l'alcool ? Personnellement, avec tous ces malades de la gâchette qui ne demandent qu'à exercer leur talent, je me serais abstenu de ce genre de risque...
    Je m'abstiens de tout gag sur le fait que la chasse au lapin est ouverte, d'autres s'en chargeront sans aucun doute...

  • Lapin en Lupin. Espion chinois qui s'expose en plein jour pour mieux passer inaperçu. Trop fort !
    J'étais justement en quête d'inspiration pour un polar. Merci rabbit.

  • Mais quelle bonne idée, Jenni. Écrivez donc un roman, cela vous occupera et cela nous laissera respirer...

  • En effet. Mais il n'est pas le seul à prendre les blogs de la Tribune pour une thérapie de groupe. Et ne vous sentez pas encore une fois visé, c'est juste un scanner.

  • Réponse à Patoucha @, quelque part plus haut :

    Bien sûr que non, Patoucha, votre frère aîné était surprotecteur, comme ils le sont tous à l’égard des sœurs cadettes. Il pensait bien faire, éviter que des idées et des images osées ne viennent perturber votre imaginaire. Il ignorait apparemment le pauvre comment l’esprit vient aux filles…

    Faut quand même rappeler que les Fleurs du Mal ont été ont été frappées d’interdit à leur parution pour offense à la morale sociale (sic). Sept poèmes ont été expurgés : Les Bijoux, Le Léthé, Lesbos, Femmes damnées…. que le Ministère public de l’époque jugeait licencieux. La levée de l’interdiction s’est faite en… 1949 près d’un siècle après. Ces Fleurs ont longtemps traîné un parfum de soufre.

    Tout cela peut prêter à sourire, surtout actuellement où deux-trois clics suffisent pour retrouver une vidéo de sa grand-mère en scabreuse position sur les sites paraît-il les plus fréquentés de la toile.

    Autre temps, autre mœurs.

Les commentaires sont fermés.